les livres de jean paul hardy, praticien en naturopathie

OUVRAGES DE JEAN-PAUL HARDY

 

*1989  - Vers le chemin du Bonheur ( poèmes,  prières et

               témoignages ).

*1994  - A la recherche du Bonheur ( témoignages de la vie

               courante vue sous un regard  de foi ).

*1998 - Sur ma route  ( témoignages )

* 2000 - Merveilles ( poèmes en couleur )

* 2000Santé sans le faire exprès , Tome I ( regard sur

                l’alimentation revisité en 2017 ).

* 2006Sénégal ( récit de voyage )

* 2010 -  Calcutta et chemins de St Jacques de Compostelle

               (témoignages d’aide humanitaire et pèlerinage )

* 2011Haïti tremble  (séjour suite au séisme de 2010 : aide

               humanitaire, témoignages et réflexions )

* 2012Cuba ( seul dans un pays en langue inconnue )

* 2013 - Israël ( au cours d’un pèlerinage, regard sur la vie

               tourmentée ).

* 2014 - Claude BRETON m’a raconté (souvenirs,

               témoignage et réflexion d’un militant communiste )

* 2014 - Vingt euros (incroyable ! touche l’essentiel de la vie).

* 2015 - 500 kilomètres en vélo sans un sou (Nourray-Condom).

* 2015 - À cœur ouvert (témoignage de la vie courante ).

* 2017 - Santé sans le faire exprès tome I

* 2015 - Fou du Liban ( chez les réfugiés Syriens )

* 2017 - Santé sans le faire exprès tome II (dialogue sur la

               santé au naturel )

Pour les commandes de livres : s’adresser à l’auteur :

Jean-Paul HARDY 10 rue Montjoie 41310 – NOURRAY               Tél : 02 54 77 91 88 ou 07 85 81 46 71

Courriel : hardyjp@orange.fr

Télécharger
Santé, Sans le faire exprès - Tome 1
Auteur du livre : Jean Paul Hardy, Nourray, Loir-et-Cher
SANTE SANS LE FAIRE EXPRES TOME 1.pdf
Document Adobe Acrobat 787.0 KB
Télécharger
Santé, Sans le faire exprès - Tome 2
Auteur du livre : Jean Paul Hardy, Nourray, Loir-et-Cher
Santé Tome 2.pdf
Document Adobe Acrobat 173.0 KB

quelques appréciations des livres

 

Qu'en ont pensé les lecteurs de Santé, sans faire exprès Tome 1 et Tome 2 ? 

 

1) Ies livres sont vivants.

2) Dans le dialogue, le lecteur est partie prenante.

3) Le dialogue est vivant, instructif. On se renvoie la balle, on se complète et on relance le débat.

4) Les livres sont compréhensibles par tous.

5) On ne se prend pas au sérieux c’est-à-dire « moi je sais tout et vous rien ». On peut conclure que vous êtes naturels.

6) Je ressens l’humour et que vous vous êtes bien amusés.

7)  J’ai beaucoup apprécié, agréable à lire, vraiment très intéressant et enrichissant. Bravo. Vous avez fait un bon travail.

8) Je lis, relève des passages et demande des compléments d’information.

8)  je lis au hasard, par gourmandise, je savoure, ça prend aux tripes et j'ai hâte de connaître la suite.

En fait j’ai envie de tout savoir à la fois, donc je les reprends depuis le début. Je m’aperçois que je me suis éloignée de la nature. Je dois m’en rapprocher. J’ai compris que c’est la condition pour retrouver la santé.

 

9) Une cliente est passée plusieurs fois devant l'étal avant de s’arrêter.Elle a été interpellé par le physique, par les couleurs, par les paroles. C’est homme a un vrai parcours.

Au sujet des livres : ils m’apportent beaucoup, je sens que l’on nous ment. Ils disent la vérité. Il y a plein de choses que l’on peut faire. Je suis réconfortée dans mes pensées. L’observation de la nature, de la terre, de l’argile, m’aide à un retour à la nature. Je  les ai lu d’un trait  puis je les reprends.

 

10)  Le dialogue est agréable et marrant.


 

Les livres sont disponibles chez les auteurs

  1. SANTÉ  SANS LE FAIRE EXPRÈS Tome I JEAN-PAUL HARDY 
  2. Praticien et formateur en naturopathie 
  3.  
  4. Préfacé par le Docteur Brigitte MORIN

 

 

SANTÉ SANS LE FAIRE EXPRÈS TOME I

 

        L’ouvrage de Jean-Paul Hardy témoigne du plaisir d’apprendre et de transmettre, pour le bonheur de tous, les bienfaits de la nature en toute simplicité et il le fait exprès !

        Les affirmations trouvées dans le livre nous invitent à les expérimenter et par la même de les vérifier sur notre propre corps. Elles nous apporteront sans aucun doute, une meilleure santé simplement par des moyens naturels.

        Ce recueil est facile à lire, il est d’une aide précieuse pour cheminer vers la joie de vivre.

        Alors on embarque.

                              

                        Docteur Michel THENAISSY

 

                        à Blois

SANTÉ

SANS LE FAIRE EXPRÈS

        Tome 2

EN CHEMINANT SUR ROUTES

ET VALLONS DANS UN ÉLAN

DE SANTÉ 

 

J-Paul HARDY Praticien et formateur en naturopathie

en dialogue avec le

  Docteur Brigitte MORIN Naturothérapeute C.E.N.A

 

  Spécialisés en médecine naturelle

PRÉFACE II de Robert MASSON

 

         En général nous aimons les idées simples qui nous rassurent, telles que : « les vaccins nous protègent des maladies ».

                  En fait, l’organisme se défend contre les bactéries, les virus, en produisant des anticorps (immunoglobulines) qui détruisent ces micro-organismes.

                  Déjà il faut considérer deux choses :

-1 : le vaccin, - 2 : le vacciné.

                  Ce n’est pas le vaccin qui fabrique les anticorps mais le (la) vacciné (e) ;

                   Cette constatation est fondamentale car les capacités de production d’anticorps vis-à-vis- d’une infection naturelle ou d’un vaccin SONT TRÈS VARIABLES et appellent déjà des considérations nuancées.

                   Comment un fonctionnaire ignorant tout de la médecine peut-il décider que les enfants d’une école située soit à Paris, soit à Lille, soit à Toulouse ou dans un village de campagne, seront tous vaccinés le 5 mai ou le 7 juin de telle année. Le fonctionnaire ne tient aucun compte de l’individu enfant, si Joëlle le jour précédant la vaccination à la chaine, a bu de l’alcool pour la première fois de sa vie au mariage de sa grande sœur et que son système immunitaire est « à plat »  momentanément ou que Jean-Louis vient de perdre sa grand-mère qu’il aimait par-dessous tout, enfant très secret, il souffre en silence avec pour conséquence une déprime immunitaire totalement ignorée du vaccinateur, les conséquences de la vaccination pourront être graves pour ces enfants, mais le médecin vaccinateur n’a aucunement le temps «  du cas par cas ».

                   Déjà le manque d’individualisation est flagrant mais d’autres assertions sont sujettes à discussion, par exemple : les vaccins ont fait disparaitre les épidémies ! alors comment expliquer que la peste, le typhus, la lèpre, le choléra, la conjonctivite trachomateuse, etc… ont disparu sans vaccins et d’autre part comment se fait-il que partout où il y a l’eau courante + le tout à l’égout + l’alimentation équilibrée, les épidémies disparaissent avec ou sans vaccins.

                   Il y a l’individu et il y a le vaccin, nous sommes « passés » de vaccins à une bactérie ou un virus à des vaccins de 7 voir 8 virus et plus ; alors que depuis «la nuit des temps » jamais un être vivant n’a dû faire face à 7 ou 8 voir 10 contaminations en même temps.

                  Comment le système immunitaire déjà affaibli par les champs électro-magnétiques (multipliés par un milliard en moins de cinquante ans) pourrait-il faire face à une telle escalade …?

                   Ne va-t-on pas ainsi vers un système immunitaire boosté au-delà de ses capacités soit vers l’épuisement (cancers) soit vers « l’affolement » (allergies ou auto-immunité).

                   Enfin pourquoi le phénomène de tolérance immunitaire n’est-il pas évoqué dans les études médicales ?

                   Pendant un certain temps, après la naissance, l’organisme ne sait pas faire la différence entre le SOI  et le NON SOI, entre SON PROPRE ADN et un ADN VIRAL !

 

                   Si un vaccin est injecté à ces moments-là, l’ADN VIRAL non reconnu est accepté comme étant le soi et peut s’installer À VIE dans le génome de l’enfant où il produira des maladies appelées à tort génétiques.

                  Dans les autres idées simples qui nous rassurent, il y a l’affirmation d’un gain de vie extraordinaire, d’une longévité décuplée … ceci est partiellement vrai et partiellement faux !

                  La moyenne de vie (qu’il ne faut pas confondre avec la longévité) a vraiment augmenté car la propreté, l’hygiène, l’aseptie des accouchements ont quasiment supprimé la mortalité à la naissance, d’autre part la médecine fait merveille dans l’urgence cardio-vasculaire si répandue après la cinquantaine….

         Ici le progrès est immense, mais il y a mensonge lorsque l’on dit que la durée de vie a doublé, voire triplé, en fait on vit « grosso modo » cinq à dix ans de plus que par le passé ce qui n’est pas mal après tout ; toutefois, où cela se gâte, c’est lorsque l’on considère la santé des individus, bébés, enfants, adultes et vieillards.

          Il n’y a plus d’enfant sans rhino-pharyngites à répétition.

          Il n’y a plus d’adolescents sans fatigue , joyeux, fier « d’affronter » la vie.

         Il n’y a plus d’adultes sans épuisement, sans petite ou forte déprime, sans aucune maladie, n’ayant aucun trouble de la libido….

         Les vieillards sont « prolongés » médicalement mais rarement en pleine santé, la libido disparue précocement, leur démarche est généralement hésitante et souvent ils sont diminués intellectuellement….

         Mais phénomène frappant entre tous, est la perte des repères, la perte des limites, la ringardisation de la morale… la « mort de Dieu », la déification du matérialisme, la valorisation du néant, la dégénérescence des arts, qui ne suscitent plus l’émotion, mais la nausée.

         Se croyant supérieur à la nature séculaire, l’homme avec sa vision analytique a voulu modifier les procédés de cultures et d’élevage, il a utilisé les engrais chimiques qu’il disait complets, mais en réalité n’apportant que potassium, phosphore et nitrates, c’est-à-dire extraordinairement carencés, faisant ainsi disparaitre les vers et les micro-organismes qui maintenaient le sol meuble…, le sol compact a quintuplé le ruissèlement des eaux asséchant ainsi les nappes phréatiques.

         Ces engrais scientifiques ( ?), carencés en oligo-éléments indispensables à la vie des plantes, ont rendu ces dernières malades et incapables de se défendre contre les prédateurs naturels : insectes, moisissures, bactéries, virus, nécessitant alors l’usage d’insecticides, de fongicides, de pesticides (un million de tonnes de pesticides en 1930, quatre mille millions de tonnes en l’an 2000).

         Malheureusement, par l’eau de pluie et arrosages, ces pesticides (sens large à ce mot) passent dans le sol, sont réabsorbés et distribués dans tout le végétal et ainsi ingérés par l’homme et l’animal, entraînant la dégénérescence de plus en plus précoce de l’être humain.

         En 1930, il y avait en France un enfant atteint par le cancer, on venait de loin voir cette incroyable anomalie, le cancer avait « touché » un enfant, mais aujourd’hui ils sont en France plus de cent mille, quelle coïncidence….

                   Dans ces années-là (1930) la maladie d’Alzheimer était des plus rarissimes (alcoolisme + les intoxications par le plomb des canalisations d’eau), mais aujourd’hui c’est plus d’un million de cas en France.

                   Rien à voir avec les pesticides, dira le scientifique la main sur le cœur et les fesses sur son compte en banque… et pourtant les abeilles qui butinent des fleurs aspergées de FIBRONIL meurent car elles ne retrouvent pas le « chemin » de la ruche.

                   Pourquoi ?, parce que cet insecticide détruit les neuromédiateurs qui assurent les communications de cellules nerveuses à cellules nerveuses dans le cerveau de l’abeille.

                   Or les neuromédiateurs sont les mêmes chez l’abeille,  l’animal  et l’homme.

                 Bien d’autres causes existent, notamment le grignotage avec ses « poussées » d’hyperglycémie répétées générant la glycation des neurones, mais les pesticides restent une cause des plus fondamentales.

                 Non seulement ces aliments sans goût détruisent la santé mais sont encore modifiés par l’industrie alimentaire (colorants, arômes, conservateurs, exhausteurs de goût, panifiants, etc…) et souvent ingérés en quantités excessives et de façon non-stop  (grignotage).

                 La destruction de la santé est alors inévitable d’autant plus que nous nous sommes isolés de facteurs naturels de vitalisation que sont l’exercice, les parfums de la forêt et l’oxygène, les ions négatifs, les photons et de la vision équilibrante de la nature.

                 Alors doit-on  désespérer de tout ?

                 Certes non, car face à ces multiples facteurs  destructeurs de la santé il y a des hommes et des femmes comme le Dr. Brigitte MORIN et Jean-Paul HARDY qui inspirés, ne comptant ni les fatigues, ni les peines, informent sans relâche leurs frères et leurs sœurs en humanité de ces choses à la fois si simples et si belles, les facteurs de la santé sans lesquels il ne saurait y avoir de bonheur ni de progression de l’homme dans sa trilogie Âme - Corps - Esprit.

 

                                                                Robert MASSON

 

                 Directeur du Centre Européen de Naturopathie Appliquée                   Ex-Enseignant en Faculté de Médecine Paris XIII

                                      Département Naturothérapie.

 

 

                 Prix International de l’Académie Diplomatique de la Paix                                        au Mérite des Médecines Naturelles

 

 

 

SANTÉ SANS LE FAIRE EXPRÈS Tome 2

                            Le ton est donné. Ce titre pique la curiosité ! Garder ou recouvrer la santé, c’est la conséquence d’un certain style de vie, décrit  dans ce livre avec humour et précision.

                   Chemin faisant, en discutant, nos deux auteurs-marcheurs  abordent les clés d’une santé optimale, à travers leur propre expérience, leur vécu, leurs lectures, des témoignages personnels ou glanés autour d’eux.

                   S’oxygéner, marcher en pleine nature, se nourrir d’aliments naturels de qualité, s’éloigner du stress, des ondes, de la pollution, des métaux toxiques, tirer parti des plantes, méditer … et voici quelques règles de vie toutes simples, pleines de bon sens, qui nous guideront vers une meilleure santé,  sans le faire exprès.

                   Jean-Paul Hardy, agriculteur puis maraîcher près de Vendôme, s’intéresse depuis plus de trente ans à la racine des maladies, à la santé naturelle. Il partage largement sa passion, en animant des réunions d’information, des émissions de radio, accessibles à tous.

                   En cela il est aidé par le Dr Brigitte Morin, pédiatre de formation, férue elle aussi de naturopathie. Son message, nous invitant à renforcer notre « terrain » pour être moins vulnérable aux maladies, complète pleinement celui  de Jean-Paul Hardy, centré sur la qualité de la « terre », dont les bons produits contribuent à préserver notre santé.

 

            Docteur Blandine de LA ROCHÈRE Naturothérapeute